Sunday, October 8, 2017

Music | Top 5 songs (September 2017)

J'ai beau avoir environ 7000 chansons sur mon Ipod, je suis toujours à la recherche de nouveaux titres à écouter. Chaque mois j'en choisis cinq pour vous et bien que l'exercice ne soit pas évident j'aime toujours autant m'y prêter. En septembre j'ai fait quelques nouvelles découvertes en terme d'artistes mais j'avoue avoir surtout écouté des morceaux de chanteurs que je connaissais déjà. Aujourd'hui je partage avec vous mes derniers coups de coeur musicaux...



Give U Up d'Alkalino : Une petite basse funky, un saxo sensuel, un rythme répétitif, un choeur qui chante les mêmes mots en boucle (içi "just can't give you up") : tout pour faire d'un morceau une petite bombe  comme je les aime. Sept minutes de bonheur musical! J'aime bien aussi son petit côté rétro, a.k.a musique de croisière de luxe, qui n'est pas désagréable ^^


Whenidream de CoryaYo : Je suis complètement envoûtée par le rythme lancinant de ce titre. Un morceau de courte durée (1min58) que je pourrais écouter en boucle pendant des heures en regardant mon plafond. C'est englobant, réconfortant, ça transporte ailleurs...




Concrete Schoolyard de Jurassic 5: J'ai découvert ce groupe grâce à Youtube. J'ai été attirée par leur nom (dès qu'il y a le chiffre 5 de toute façon : ça m'intrigue) et ce fût une très belle surprise! Ça transpire l'hip hop des années 90 et c'est ça que j'aime! Le genre de morceau que j'écouterais aussi bien seule avec mon casque sur la tête qu'avec des amis pendant une soirée posée. 



Ijuswannachill de The Large Professor : J'ADORE les premières secondes de cette chanson et, selon moi, un bon début c'est important! Est-ce qu'on s'arrête deux minutes aussi pour parler du titre de ce morceau? Chill est un mot qui ne se traduit pas vraiment bien (on dit "chiller" en français mais ce n'est pas un vrai verbe si je peux dire ça comme ça). "Chiller" c'est une sensation, un état et c'est justement ce que ce morceau arrive à retranscrire. Pas de prise de tête juste du bon son et de la détente. En passant : The Large Professor c'est aussi l'homme qui a découvert Nas (autre rappeur que j'aime à la folie). 




Simple et Funky d'Alliance Ethnik : Un autre petit retour dans le temps avec un morceau hip hop français qui date de mon année de naissance (1995). Même si cela a un peu vieilli, ça s'écoute toujours plutôt bien je trouve. Le groupe se composait de cinq membres (encore le chiffre 5) aux origines diverses ce qui explique le choix de leur nom. Ils n'ont pas fait long feu mais leur premier album avait connu un joli succès à sa sortie. Le clip est "charmant", le style vestimentaire original! 


J'espère que cette petite sélection vous a plu. Je vous souhaite un bon dimanche et vous retrouve vite!
Des bisous tout roses!


Sunday, October 1, 2017

Last purchases | London (July 2017)

© Urban Outfitters

Bonjour, bonsoir à tous! Comme vous le savez si vous suivez le blog, je suis partie à Londres pour un long week-end à la fin du mois de juillet. Qui dit escapade dans une ville, dit shopping forcément! Dans cet article je partage donc avec vous les achats que j'ai pu faire dans la capitale anglaise lors de mon court séjour. J'en profite d'ailleurs pour vous inviter à lire ou relire les articles que j'y ai consacré >> ici << (vous pourrez voir sur quelques photos certains des vêtements présentés dans ce post).

© Collectif

La découverte de mon petit voyage a été la marque Collectif qui, comme Carousel (une marque que j'avais découverte lors de mon voyage en Irlande), fait des vêtements d'inspiration "vintage" c'est-à-dire qu'ils reprennent les codes des années 40-50-60 avec des coupes de cette période.

Retrouvez des photos de la robe bleue >> ici <<

© Collectif

© Anthropologie
Anthropologie, pour toute personne qui est déjà allée à Londres, est LA boutique dans laquelle il faut se rendre absolument. Déco pour la maison, vêtements : on a envie de tout acheter!

Si cela vous intéresse, il y a des photos de moi portant cet imperméable dans >> cet article <<.

© Urban Outfitters
Cela peut paraître étrange mais j'ai toujours rêvé d'un soutien-gorge de couleur verte (il faut dire que c'est ma couleur préférée donc...) Quel plaisir ce fût quand je vis celui là chez Urban Outfitters. Impossible de ne pas craquer!

Je n'ai qu'un seul commentaire par rapport à cette photo : "On n'a jamais assez de lunettes".

© Collectif

© Collectif


© Primark
J'ai fait le plein de boucles d'oreille. Cela faisait très longtemps que je n'en avais pas acheté, ni même que j'en avais porté. J'ai des périodes en ce qui concerne le port d'accessoires. Je crois que je m'y suis un peu remise depuis Londres.


Londres est le paradis des amateurs de papeterie (dont je fais partie). Les rageux diront : les cahiers et les stylos ça sert à rien. Les fans diront : ça me rend heureux et c'est ça le plus important.


De cette même collection, j'ai déjà Cinema Listography qu'une amie m'avait offert pour mon anniversaire de 20 ans et Travel Listography que je m'étais acheté en Irlande, il y a deux ans.



© Anthropologie

J'espère, comme d'habitude, que cet article vous a plu. Je vous souhaite à tous un merveilleux dimanche et vous retrouve vite avec de nouveaux articles!


Friday, September 29, 2017

Culture | Mes lectures #1 (Août / Septembre 2017)

Cette année c'est la première fois que je n'ai pas fait de "rentrée scolaire" au mois de septembre. En effet, je ne suis plus inscrite à l'université ou dans une école : je ne suis donc plus ce qu'on appelle une étudiante. Si je n'ai plus ce statut cela ne m'empêche pas de continuer d'apprendre chaque jour et d'étendre ma culture générale de façon autodidacte...

Aujourd'hui, je vous propose donc une nouvelle rubrique sur le blog qui parlera de mes dernières lectures. Je ne promets pas son succès et sa perpétuité mais je vais vraiment essayer de continuer sur ma lancée, qui est de lire davantage. 

Ce n'est pas que je n'aime pas lire, au contraire! C'est que j'ai besoin de me mettre dans un certain état d'esprit et de me concentrer tout particulièrement quand je lis. Vous allez me dire "euh oui comme tout le monde". Peut-être! Mais personnellement, l'école m'a tellement dégoutée de la lecture que j'y ai renoncé pendant quelques années. J'y revenais l'été mais sans grand succès.

Je m'y suis remise cet été et je suis fière d'avoir continué depuis. Alors pour me motiver encore plus, je me suis dit que vous en parler sur le blog et partager avec vous mes découvertes me pousserait à persévérer dans cette nouvelle aventure. 

Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke (1908). Une lecture que je recommande à tout le monde. Selon moi c'est le genre de livre auquel on peut revenir au moins une fois par an comme une piqure de rappel. Des pensées philosophiques qui font réfléchir à la vie en général, comment se comporter, comment se faire confiance par dessus tout et croire en ce en quoi on veut croire. C'est fou comme le discours de l'auteur s'applique encore aujourd'hui et s'adresse à des personnes de toute génération. Un livre qui se lit facilement tout en faisant travailler l'esprit. Coup de coeur!

Les enfants terribles de Jean Cocteau (1929). Au départ je n'ai pas du tout accroché à l'histoire. Les deux premiers chapitres ne m'ont pas vraiment plu et puis d'un coup ça décolle. Cette histoire m'a énormément rappelé le film The Dreamers de Bertolucci avec Eva Green, Louis Garrel et Michael Pitt (pourtant j'ai lu qu'il était inspiré d'un autre livre). En tout cas j'ai beaucoup aimé le lire et je suis totalement entrée dans l'histoire. Petit bémol : la fin que j'ai aisément devinée et qui m'a paru "facile".

Le livre de ma mère d'Albert Cohen (1954). Ce livre est un merveilleux hommage d'un fils à sa mère. Ce livre fait sourire, ce livre fait pleurer, ce livre fait réfléchir. On pense à notre mère forcément, et aux rapports qu'on entretient avec elle alors forcément on s'identifie, on imagine ce que c'est de la perdre alors on est émus. J'ai beaucoup aimé le style d'écriture d'Albert Cohen bien que parfois, j'ai trouvé le récit assez répétitif. À lire en tout cas!

La voie royale d'André Malraux (1930). Au début j'ai eu du mal à rentrer dedans, puis je me suis laissée mener par l'aventure des deux protagonistes. Mon enthousiasme est malgré tout, vite redescendu. J'ai persévéré et j'ai terminé le livre parce que je voulais en voir le bout. Malheureusement j'ai été très déçue et bien que je comprenne que tout ce qui est sous entendu dans l'histoire puisse intéresser, cela ne m'a pas touché. Le thème principal du livre est la mort et son acceptation hors, c'est un sujet qui ne me tracasse/passionne pas du tout. Personnellement, je ne pense jamais à la mort ou au fait qu'aujourd'hui et que demain, peut-être, je vais m'éteindre. Je vis ma vie et c'est tout. Alors oui je me pose des questions comme tout le monde mais je ne me soucie guère de ma mortalité : on nait, on meurt, un point c'est tout. Je pense n'être pas très objective à propos de ce livre mais au moins vous savez à quoi vous attendre. Je n'ai pas, non plus, adhéré au style d'écriture de Malraux. Question de goût...

La fin de la jalousie et autres textes de Marcel Proust. Avant de me mettre à la lecture d'À la recherche du temps perdu, je me suis dit qu'il serait sage de commencer par des nouvelles de Proust. Je dois dire que le charme a opéré! Sa façon d'écrire me plait et j'admire son don pour décrire les émotions ressenties par ses personnages. Un livre qui se lit très très vite et qui m'a, personnellement, plu pour sa "fausse" simplicité. 


Voilà pour ce premier article lecture. J'espère qu'il vous a plu! Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires. Des bises, à très bientôt!


Wednesday, September 27, 2017

Cinema | August 2017

Bonjour, bonsoir à tous! Comme je vous le disais dans mon article précédent, j'ai passé l'été à Paris. J'en ai donc évidemment profité pour aller au cinéma. Aujourd'hui je partage avec vous mon avis sur les films que j'ai vu au mois d'août.


07/08 : The Circle de James Ponsoldt. Je ne m'attendais pas à ce que ce film soit aussi mauvais. Oui... Plus j'y pense et plus cela me rappelle à quel point il m'a énervée. Dans l'ère "Black Mirror", le réalisateur de ce navet à du trouver bon de faire un film sur la communication, le savoir, le partage par dessus tout; en bref une sorte de dénonciation de notre société d'aujourd'hui et ce qu'elle pourrait devenir. Le problème c'est que c'est très maladroit et le résultat est au final plutôt brouillon et mal maitrisé selon moi. Ne perdez pas de temps et regarder plutôt la série Black Mirror justement. 



08/08 : My cousin Rachel de Roger Michell. Je ne sais pas ce qu'il y a avec Rachel Weisz qui me l'a rend si antipathique. Je pense réellement que c'est une bonne actrice mais j'ai du mal avec elle sans savoir vraiment pourquoi. Je l'avoue je suis allée voir ce film (uniquement) parce que Sam Claflin joue dedans. Bon et aussi parce que cela se passe en Angleterre au début du XIXème siècle et que j'adore les films qui se passent à cette période. Cependant, bien que les acteurs soient bons, l'histoire intrigante, les décors magnifiques, les costumes somptueux, il manque un je-ne-sais-quoi... Au final c'est donc un film qui se regarde mais dont l'effet n'a pas plus d'impact que ça sur la vie de tout un chacun (pourtant l'un des sujets principaux c'est quand même "l'amour rend aveugle" : un thème plutôt intéressant). Le détail qui manque c'est peut-être la crédibilité de l'histoire selon moi...


25/08 : Summertime de Gabriele Muccino. En décidant d'aller voir ce film je pensais me détendre. Au final, il m'a plus prit la tête qu'autre chose. J'ai trouvé ça niais et inintéressant au possible. Je n'ai pas envie de m'éterniser dessus mais là aussi, un manque de crédibilité incroyable dans ce film qui m'en a fait complètement fait sortir assez rapidement.


26/08 : Les proies de Sofia Coppola. Sofia, Sofia, Sofia... Je t'aime mais là tu m'as déçue. Oui les actrices sont belles avec leurs coiffures et leurs costumes mais où est la passion, où sont toutes les émotions que ces femmes éprouvent? Toi qui, par le passé, m'a fait pleurer, rire, donner envie de faire du cinéma. Toi qui est si subtile dans tout ce que tu montres, toi qui me touche au plus profond où est passée ta signature Sofia? Je n'ai pas encore vu le "vrai" film avec Clint Eastwood mais j'imagine qu'il est vraiment meilleur. L'histoire est hyper intéressante, les personnages aussi. Pourquoi faire un remake d'une oeuvre si c'est pour l'affadir? Sofia, t'ennuyais-tu? Parce que moi je me suis ennuyée pendant ton film et cela m'a rendue triste... 


26/08 : Egon Schiele de Dieter Berner. Je crois que je suis amoureuse, amoureuse de cet acteur. Pour y croire on y croit à cette histoire. Je connaissais un peu les oeuvres d'Egon Schiele mais encore rien de sa vie. N'étant pas une spécialiste je ne peux donc affirmer que ce film dépeint correctement le personnage mais en tout cas j'ai été touchée par ce film et cela m'a donné envie de m'intéresser plus à ce peintre mort si prématurément (il avait 28 ans quand il a rendu son dernier souffle) La passion est palpable dans ce film et c'est ça que j'attend d'une oeuvre. J'ai aussi beaucoup aimé la relation que Schiele entretient avec sa soeur : j'ai trouvé qu'elle était très bien dépeinte à l'écran.


26/08 : 120 battements par minute de Robin Campillo. Je vous avais déjà évoqué ce film dans un article précédent. Depuis, je suis encore confuse à propos de ce film... Je pense qu'il est à voir parce qu'il parle d'un sujet très important : la lutte contre le VIH au début des années 90 à Paris. Cependant, alors que j'étais assez satisfaite du début du film, ce dernier prend un tournant qui ne m'a guère enthousiasmée par la suite. Je trouve vraiment dommage que le personnage principal soit, comme par hasard, un homosexuel atteint du sida qui tombe amoureux et dont on va suivre la triste vie (pourquoi ne pas prendre une prostituée ou tout simplement un ou une hétéro?). Comme à l'époque, le tout un chacun peut/va penser que c'est une maladie qui ne le concerne pas. Cela ne véhicule alors pas un message "positif" et c'est assez maladroit selon moi. On peut parler d'un sujet grave sans tomber dans le drame et c'est d'ailleurs cela que j'ai beaucoup aimé par moment dans le film (il y a des séquences de danse en discothèque d'une beauté vertigineuse qui élèvent le récit à mon plus grand plaisir). Au final, je trouve que le film est peu efficace dans ce qu'il veut dénoncer et passe à côté de son sujet... 


27/08 : Crash Test Aglaé d'Eric Gravel. Coup de coeur absolu du mois! Un film réalisé par un homme profondément féministe : ça fait plaisir! Des femmes qui ont du caractère, qui savent ce qu'elles veulent et sont indépendantes. En plus de cela, la photographie du film est très réussie : les couleurs, les cadrages... La mise en scène évolue au fur et à mesure du film et suit celle du personnage principal. Le casting est excellent et les actrices merveilleuses (je suis fan d'India Hair) bref J'ADORE! 


27/08 : Baby Driver d'Edgar Wright. Oui... Pourquoi pas? C'est divertissant on ne va pas se mentir. La mise en scène, le montage, le rythme de ce film est assez incroyable (la synchronisation de la musique avec les actions des personnages est impressionnante de précision). Après, si tout ce qui est technique est plutôt réussi, je trouve l'histoire assez plate et pas extrêmement intéressante. Dommage...


09 10